Courir comme on se promène.

courir
comme on se promène
lever le pied lever la tête
ralentir et
tourner une fois
deux fois
de plus à gauche
agrandir
l'angle laisser tomber les
œillères les mesures les cons
les pets et les titions
je cours pour mon plaisir pour
donner de l'élan au désir
de la souplesse à mes pensées
fluides sillonnent entre les zones
résidentielles les pépinières
les peupliers et les
cumulo-nimbus ailés
portés par le vent le vent le souffle
l'air
qui n'a que faire
des performances et des progrès
mais
la joie du rythme
la confiance de la foulée régulière
la respiration en guise de fondation
comme une contrebasse
un métronome
précis juste ce qu'il faut
pour s'offrir quelques variations
courir
comme on médite
comme on apprend
encore
à vivre

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :