Ce qui compte

ne lui enlevez pas son piano
son souffle
sa manière de faire vibrer le vide
en existence
théorie des cordes

ne lui enlevez pas son piano
ce serait comme
ce serait simplement
éteindre le soleil
assécher les océans
poncer les chaînes de montagnes

ne m'enlevez pas son piano
ce serait comme
ce serait simplement
supprimer l'espace
éteindre la pensée
des murs infranchissables

le pire dans l'Histoire
c'est de ne voir que l'Histoire
ces traces d'encres stériles
utiles mais morbides
le pire dans l'Histoire
c'est la perte des histoires

tu représentes des pays inconnus
des terres mystérieuses
toi oui toi
et toi et toi aussi
et toi
tu représentes des langues à éclore
des foisonnements botaniques
impossibles
à inventorier quelle folie
ne lui enlevez pas son piano
ne m'enlevez pas son piano
ne t'enlève rien
la vie suffit
mais explore
ajoute au monde
ne collectionne pas
j'étouffe sous les catalogues
sous des couches de boîtes d'archives
sous les masses documentaires
les pétaoctets
un désert de "richesses"
plus stériles que le sel
qui lui au moins donne de la saveur au pain

ne lui enlevez pas son piano
ne m'enlevez pas son piano

ce qui compte
ne se compte pas

résonne

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :