Le chemin sillonne.

Talvin Singh, Niladri Kumar, Joy

le chemin sillonne
entre la rivière et le champ de blé
le chemin sillonne sur le fil
entre les ronces et un peu de boue
je cours sur le fil du rasoir
faille imaginaire dans la chape de plomb
de béton
de la brutalité poudrée
et de cet imaginaire poussent des vérités
éphémères
métamorphose continue
et le chemin sillonne
et le lézard s'échappe par la lézarde
visite l'envers de l'endroit de l'envers du décor
à sa suite
le chemin sillonne
je cours avec lenteur
avec fatigue avec bonheur
happé par cet ailleurs plus présent
d'ailleurs
que les représentations du …

du spectacle.

ce n'est pas moi qui avale les mètres
mais le chemin qui m'attire
m'aspire
je m'abandonne aux détours
entre ombre et soleil
entre le très ancien souvenir
d'un monde sauvage et la nostalgie
d'un monde cultivé
lambeaux encerclés par la croissance
de la destruction
je m'abandonne au gré des ponts
des pentes
de la fraîcheur de la rivière
de la chaleur du blé sous le soleil
des parfums du fumier dans le virage
juste avant de rejoindre le fleuve de bitume
et ses effluves de green economy

je m'abandonne sur la piste des mots
attentif à mon souffle
une infinie gratitude pour ces mots
souvent silencieux
dépouillés
se déroulent
aveugles et précis
toujours plus près de l'inaccessible
liberté

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :