ça fait longtemps

tu te disais
ça fait longtemps
au point de te demander
l'espace d'un instant
quel est ce bruit ce son
et de sentir à nouveau la présence
d'espaces où règne d'autres physiques
ce son ce piano sculpte des focales
d'huile d'aquarelle des profondeurs
de champs de nuages
sans la poussière comment
toucher la lumière
d'un soleil de printemps d'automne
ou même d'hiver
pente ascendante descendante
toujours de biais biaisé ambigu
polysémique parsemé de vie
malgré l'intérieur au spleen bourgeois
boiseries humides tapisseries boursouflées
malgré et grâce
à la fenêtre ouverte cette plaie qui soulage
donne sur l'océan tempétueux
immense et
placide.

alors que des transnationales ont remplacé les empires
pour le pire et pour le pire
des conquêtes des colonies et de l'asservissement
nous avons dirigés nos désirs de mort et de vie
vers l'exploration de nos continents intérieurs
et contrairement à ce que faisaient semblant de croire les anciens
c'est bien dans ces territoires sans frontières
presque informes
que nous rencontrons notre inhumaine humanité
notre animalité inanimale
mais agitée de l'angoisse fondamentale
et comment observer l'obscurité
des abysses
à l'ère de la surface du touch du clic
sans déclic
un simple cran de plus à l'arrêt
sans retour.

tu te disais
ça fait longtemps
la routine des jours est
un alcool une drogue un anxiolytique efficace
sournois
il suffit que tu déchires le voile du quotidien
avec tes vieilles touches blanches et noires
pour que les courants d'airs
inconfortables
ravivent les braises.

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :