Derelict Poetry / Poésie en ruine


Derelict Poetry

Maurice, Brooklyn, NY

Maurice Emerson Decaul is not here
That foolish man stayed in Irak
He likes it there.

Still, he can be seen, hanging on
By his fingernails, doing chin-ups
On the edge, never quite able to build
Momentum enough to get over it.

Maurice Emerson Decaul is not dead
I saw him yesterday sitting out
In the desert drinking oolong tea
With the Bedouins.

II
Maurice Emerson Decaul is dead!
I lied, he died six years ago
Today.

He died at night in a firefight behind
A mud brick house across from
A river of shit.

He died at night nineteen hours
From home alone in a ditch
From bullet fragments and hypovolaemic shock.

III
Still, he had passed once before
At the hands of a drunkard in the kitchen
With the lights on and the telephone
On the floor, absent of a dial tone.

Today he died for the last time.
He is survived by memories of dreams
A transient sense of self and one derelict
Manuscript of half-written poetry.

By Maurice Decaul


Poésie en ruine

Maurice, Brooklyn, Poésie

Maurice Emerson Decaul n'est pas ici
Ce fou est resté en Irak
Il aime là-bas.

On peut toujours le voir, suspendu
Par les ongles, à vouloir encourager,
Sur le fil, jamais tout à fait capable de construire
Suffisamment d'élan pour récupérer.

Maurice Emerson Decaul n'est pas mort
Je l'ai vu hier attendre
Dans le désert, buvant du thé Oolong
Avec les Bédouins.

II
Maurice Emerson Decaul est mort !
J'ai menti, il est mort il y a six ans
Aujourd'hui.

Il est mort dans la nuit au cours d'une fusillade derrière
Une maison en brique de terre en face
D'une rivière de merde.

Il est mort dans la nuit, à dix-neuf heures
De chez lui, seul dans un fossé,
D'éclats de balles et d'un choc hypovolémique.

III
Pourtant, il avait déjà rendu l'âme une fois
Dans les mains d'un ivrogne, dans la cuisine,
Avec les lumières allumées et le téléphone
Par terre, sans tonalité.

Aujourd'hui, il est mort pour la dernière fois.
Lui survivent des souvenirs de rêves,
Une sensation éphémère de soi et un manuscrit
En ruine d'un poème à moitié écrit.

Par Maurice Decaul


Il s'agit du deuxième morceau du disque de Vijay Iyer, Mike Ladd, Maurice Decaul, Lynn Hill (et quelques autres), intitulé Holding It Down : The Veterans' Dream Project. Cet album porte les mots de vétérans des guerres criminelles (par définition, mais dans ces cas aussi selon les lois internationales) en Afghanistan et en Irak. J'essaie de traduire les textes.

Si tu as des améliorations à suggérer, n'hésite pas à les indiquer dans les commentaires. Merci.

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :