Billet invité, par Mademoiselle J : sans titre

Tu cherches en vain
les mots
Tes mots
t'échappent
t'évitent
Rien
ne naît en toi
             de toi
Rien

Vide

Évidée
avec évidence
Immobile, allongée
éventrée
tu restes
allongée et
vidée
Débris de vie
brisée
douce évidence vidée de sens

Danse

Insensible à ce haut débit d'évidences
à toutes ces paroles
autoritairement débitées
machinalement dévidées
pour tenter de masquer
ce vide
le vide
leur vide

Immense

Vides les mots
tes mots
les mots des autres
auteurs de mots
moteurs de hauts discours
                de vraies fictions
                de fausses paroles
                de trompeuses -
illusions de vérité

Dé-mens!

Tu meurs d'en-
                         vie
à chercher les mots
vainement
qui disent
vrai -
mens !

Conscience émaciée

1 commentaire

#1 : 2011-03-27 @ 19:42
le journal de personne a dit :

Le séisme des cœurs

Je vous parle de fraternité
Et vous me renvoyez à la dure réalité
Aux plaques tectoniques
de notre écorce cérébrale…
Aux tremblements des peurs
Et au déferlement des pleurs
Et la terre continue de trembler et de nous faire trembler…
Et un beau jour… ou peut-être une nuit… on décide de ne plus trembler… et on se met à bouger…
à prendre le large au lieu de subir les vagues successives de cette nature imbécile…
Oui…oui on ne peut pas changer les lois de la science physique mais on peut changer de politique…
parce que là, il ne s’agit plus de science mais de conscience…
cette petite flamme qui tremble et qu’aucun vent ne peut éteindre…
ma conscience politique… qui voudrait avant de mourir assister à l’éveil d’une autre conscience…
d’autres consciences, à une sorte d’effervescence… vive la révolution des consciences.

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/seisme/

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :