Dimanche de pluie

dimanche
de pluie une pluie
raisonnable pourtant le béton
le gris de l'administration
de l'armée des années de guerre froide
en Suisse
dimanche
de pluie une pluie
fédérale pourtant cantonale
un souffle d'hiver tardif
une caresse humide
inconfortable mal isolée mais
ouverte
à l'incertitude
terreau des possibles
ton regard ton sourire déjà seuls
sur le quai
parmi les poussières
des chemins de fer
ce train qui ne part pas
ce train qui est parti
pas d'autre solution que l'inconfort
rien pour oublier le réel
pas même une résine ou du XML
rien pour abolir le réel
pas même le désir de l'anéantir
rien d'autre que ce
dimanche de pluie une pluie
déjà si tôt pourquoi pas plus
tard
ce départ
pourquoi cette précipitation
dans l'après-midi des précipitations
raisonnables mais obstinées
comme ces regrets parcourent
les ondulations paysannes du plateau
toujours visibles depuis
mon compartiment
entre une lectrice en papier
un lecteur en écran tactile
et un chien
dimanche
de pluie une pluie
d'un blues tendre
une attention aussi dense
qu'une improvisation ouverte
au risque
terreau des possibles
au front de l'existence
une lutte sans combat des ruses
sans esquive
des esquives sans succès
des échecs victorieux un coucher
de soleil en ce
dimanche
de pluie une pluie
jaunâtre à faire pâlir l'éclairage public
de la gare de romont
où nous est annoncé un retard
de 5 à 6 minutes

l'interstice étroit
des incertitudes apparentes
heureusement la vie se défend
ne se laisse pas faire
par la trompeuse précision des horaires
par l'infernal inventaire
des archives littéraires fédérales
le travail minutieux de l'imaginaire
l'imaginaire minutieux du travail
les algorithmes intraitables
norme internationale de description
cotes au crayon
les armes sophistiquées de la pérennité
au service
des âmes débridées de la recherche
pas plus qu'une résine ou du XML
ne pourront dompter
les manques
les absences
les failles
de nos vies
de ta vie
de ma vie
mon amour

2 commentaires

#1 : 2012-03-21 @ 09:44
Laurence a dit :

Bonjour !
Dimanche de pluie : un univers intime tient à lui tout seul dans ces trois mots. Merci pour cette poésie de la vie :)

#2 : 2012-03-21 @ 11:49
iGor milhit a dit :

Mais y a pas de quoi ;) Merci pour la lecture !

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :