annexe #2.33

entre les lignes
entre les interstices
entre le flux RSS
est apparu un texte aussitôt disparu
existentiel
forcément
férocement
il faut vivre chaque seconde
entre chaque absence
déguisée retournée il faut vivre
entre les entre
il faut vivre comme l'on vole
soulever les pierres des discours
des promesses
raisonnables rationnelles
les fondations du monde sérieux
sérieux
ne laissent pas même de goût amer
les fondations du monde sérieux
sérieux
tu les chercherais en vain
entre les lignes
entre les annexes
annexées désaxées saxoaphone
il faut vivre chaque instant
entre les dents
peu importe les manches
pourvu qu'on ait des lames
il faut vivre chaque poussière
chaque lumière
et chaque misère
de colère en désespoir
du noir en arc-en-ciel
de l'infraviolet à l'ultrarouge
et constater parmi l'éphémère perpétuel
comment l'étiquette 'normal' est un gri-gri
pour conjurer l'inconnu
l’irrémédiablement inédit du présent
sans limite ni étendue
entre
sans le dire ou en le disant
il faut vivre
entre l'omniprésente crainte
de la vie

monstrueuse
amie
inqualifiable
sans qualité

vivre.


3 commentaires

#1 : 2013-11-22 @ 09:23
Jeanne a dit :

Tiens, c'est comme si ce texte avait été écrit dans la marge d'un autre, une forme d'annexe à, de voix connexe, à la recherche d'une voie entre piles de livres et vieux papier, à côté de, près de, hors de, mais aussi avec.

#2 : 2013-11-22 @ 15:33
iGor a dit :

@Jeanne : Oui, c'est un peu beaucoup ça. Mais en fait ça répond a un texte qui venait après l'annexe en marge auquel tu fais références, un texte échappé dans un flux RSS, mais jamais vraiment publié. Un texte qui me rappelait l'incrédulité et la révolte que je pouvais éprouver jeune adulte qui ne voulait pas l'être face au monde incohérent, d'une tristesse violente des adultes qui avaient rendu les armes...

Je pense que je cherche en effet une voie entre et avec, un impossible mélange de refus et d'acceptation. Rester vivant. Malgré tout.

#3 : 2013-11-26 @ 19:31
schoewilliam a dit :

L'on ne sait s'il y a quelconque rythme improvisé ou pensé, mais il est là, et m'a pris et secoué. Là s'étale donc ce qui seul compte.
Aussi varié de ce sens que ce je m'apprête à écrire soit-il… Belle annexe que celle de vivre.

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :