Le temps qui passe

paysage photographié depuis le train, vitesse lente, noir-blanc, flou

Suivre la voie, le passage, le chemin. Laisser passer le temps à la vitesse qu’il le choisit. Prendre le temps qui passe, le prendre dans toute son envergure, sa profondeur et sa longueur. L’enlacer comme on enlace l’amour qu’on donne, qu’on prend et qui circule.

Lorsque le temps m’échappe, que je le passe à lire, à écrire, à élaborer des travaux de rédaction, à tenter de trouver une piste, à tâtonner, à chercher, me vient souvent à l’esprit cette photo que j’ai justement retrouvée, accompagnée de quelques phrases, dans un billet non édité. Elle représente bien mon état d’esprit. Impression d’être en transition, d’apercevoir se profiler un paysage qui pourtant est encore indéfini. Impression d’être dans le flou. Envie d’en dessiner les contours. Envie de pouvoir m’appuyer sur. Des repères. Un sol dur. Solide. Un chemin. Précisément esquissé.

En attendant, je me contente d’abstraction et de flou.

arbres flous phofographiés en vitesse lente, noir-blanc

arbres photographiés en vitesse lente, noir-blanc II

23 commentaires sur “Le temps qui passe

  1. J’aime beaucoup la première photo du temps qui passe. Elle me parle aussi de ce que je ressens quand la sérénité se dérobe, que l’esprit s’inquiète, que le regard n’arrive plus à se poser. Nous sommes de passage et parfois nous en sommes plus conscients. Quel repos, quel bonheur, après la tension, l’attente, quand tout se remet en place.

  2. Bonsoir !

    La première image est celle que je préfère, sans doute parce que mon regard se laisse porter par les nuages qui me reposent et me laissent apprécier la vitesse. Une très jolie image, Jeanne !

    1. C’est aussi ma préférée, celle qui m’est immédiatement venue à l’esprit lorsque j’ai pensé à la représentation d’un mouvement, d’une vitesse.

  3. Cette première image est vraiment belle. Le mouvement y est dynamique symbolisant ainsi le temps qui passe beaucoup trop vite … mais la lumière, très présente, apaise et rassure.

  4. La première m’a bien accrochée. Les suivantes aussi. J’aime le flou. Je défends les flous. Tu fais un beau travail sur les flous, très « nette » 😉 et claire dans tes mots aussi pour exprimer les flous de la vie.
    Bon, un peu fouilli ce que je viens d’écrire.
    Ferai mieux la prochaine fois.
    Un peu floue finalement…

    1. 🙂 Je défends aussi le flou, même si c’est difficile de faire du « bon » flou. Le flou est un peu l’équivalent de l’abstrait en peinture pour moi.

    1. Oh oui, que ferait-on sans cet imaginaire qui flotte un peu partout et qui parfois se fixe en une forme plus ou moins attendue.

    2. Ton regard apporte souvent une tonalité différente à ces photos. Quelque chose d’un peu inquiétant et qui porte un sens plus ambigu que ce qu’on pourrait y voir au premier coup d’oeil. Et ça fait bien partie de la dimension poétique de ces photos.

    1. Oui, je crois que tout ce qui est évocateur plutôt que d’être complètement « montreur » ouvre la porte à l’imaginaire.

  5. Impression d’être dans le flou… tout à fait ce qui me caractérise en ce moment… Fatigue aidant, les journées passent, aux contours incertains.
    Jolies photos, j’aime surtout la 2e.

    1. Merci et bienvenue! Je suis très lente à répondre aux commentaires, mais votre « passage » me fait plaisir.

  6. Bonjour ! J’ai découvert votre site et j’aime beaucoup la diversité des thèmes photographiques que vous mettez en avant ! Je suis nouveau dans la communauté web de la photographie et je souhaite partager avec vous mon site « Sur le pouce » : http://www.surlepouce-photographie.com/#!galerie/c2269 ainsi que ma page facebook :https://www.facebook.com/SurLePoucePhotographie?ref=tn_tnmn Je suis tout à fait preneur de tout conseil et éventuellement de « like » d’encouragement 🙂 Au plaisir, Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*